Wapol.org Instituto Lacan
 
 

74, rue d'Assas Paris 6e Tél. 01 45 48 56 72 - institut.lacan@gmail.com

 
 
 

Notice Bio-biliographique de RAJA

Mail de JAM a Fethi Benslama y respuesta

Je n'avais pas vu votre mail. Je le trouve à l'instant. Je le fais diffuser aussitôt dans le réseau du Champ freudien JAM

Le 22 févr. 2013 à 18:45, Fethi Benslama a écrit :

Cher Jacques-Alain Miller,

Merci beaucoup de défendre Raja, c'est une tradition chez vous...
Voici quelques éléments sur elle.
Très cordialement
Fethi Benslama

PS. Un groupe d'avocat a pris sa défense. le principal est:

Me Abada du barreau de Tunis. J'attends son numéro de téléphone.

Notice Bio-biliographique

  • Docteur d'Etat ès lettres, Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités Manouba, 2001.
  • Professeur à la Faculté des Arts et des Humanités - Manouba, Université Manouba.
  • Directrice d' Alawan.org, revue électronique de pensée critique.
  • Psychanalyste
  • Membre actuel d'Espace analytique, Paris.

Publications :

  • Ouvrages en arabe:
  • L'homme des masses, Dar Tali'a, Beyrouth 2008.
  • Edifice du virilisme : essais sur le masculin et le féminin, Damas, Petra 2005, Tunis 2006.
  • Critique des "invariants" ("thawabit"), Beyrouth, Dar Tali'a, 2005
  • Désir et écriture : une relecture de la tradition, Cologne, Dar al-Jamal, 2003.
  • La parole et le silence, Le Caire, 1998.
  • La Mort et les rites funéraire en Islam, 1ere éd Tunis 1997, 2e éd. Le Caire 2009.
  • Qu'est-ce que la Poétique, de Todorov : trad. en collaboration avec Mabkhout Ch. (Casablanca, 1987, 2e ed.1990).
  • La Psychanalyse et l'Islam, traduction et présentation de La psychanalyse à l'épreuve de l'Islam de Fethi Benslama, , Dar Saqi, Londres-Beyrouth, 2009.

En français :

-Les Mots du monde : Masculin –féminin : Pour un dialogue entre les cultures, collectif sous la direction de Nadia Tazi, Paris, La Découverte, 2004.

Les faits et la raison:

Un mandat d'amener a été lancé, hier (jeudi 22 avril), contre la psychanalyste Raja Benslama (professeure à l'université de Tunis), par un juge d'instruction au motif de « dénonciation calomnieuse ». La raison en est la reprise sur sa page Facebook de la dénonciation par des députés de l'Assemblée Constituante, de la falsification d'un procès verbal par le rapporteur général de la constitution, un membre du parti islamiste Ennahda.

Alors que des actes de violences graves, commis par des extrémistes quotidiennement, restent impunis, le pouvoir islamiste en Tunisie poursuit des artistes, des intellectuels et des journalistes, à la moindre occasion et sous des prétextes fallacieux. Après le doyen de la faculté des Lettres, Raja Benslama est visée aujourd'hui à cause de l'audience importante rencontrée par ses critiques du parti islamiste sur les réseaux sociaux. Notons que la loi en vertu de laquelle elle est poursuivie a été abrogée, après la révolution.