World Association of Psychoalanysis

 

Vous avez gâche la journee

Veronique Eydoux

 

Ce sont les effets produits par cette accusation, « vous avez gache la
journee », qui decident cette tres jeune femme a demander un rendez-vous a
un analyste.

« Je ne sais plus ou j'en suis ; j'ai pete les plombs », dit-elle.

Et elle commence a parler de ce patron severe, stresse et exigeant, auquel,
elle, qui se presente d'emblee comme sans diplome, tour a tour coiffeuse,
entraineuse de handball, et comptable interimaire, se devoue depuis six
mois, pratiquement sans horaires, sans vacances, ni week-end. Cette phrase
qu'il prononce a la fin d'une journee harassante, la fait dechoir de la
position d'excellence et d'exception a laquelle il l'avait installee, et
c'est insupportable.

Jamais, en effet, il n'avait eu dans son passe professionnel, deja long et
mouvemente, d'assistante qui en fasse autant pour lui, et il le lui avait dit.

Notons qu'elle s'estime bien payee pour son travail.

Que le comportement de ce monsieur, objet de la plainte, paraisse quelque
peu problematique ne fait aucun doute pour cette jeune femme par ailleurs
pourvue d'un entourage attentif qui lui est tout acquis en cette affaire.

Quelque chose pourtant insiste suffisamment pour que, renoncant aux lettres
de demission qu'elle lui a ecrites, elle choisisse de risquer son affaire,
en son nom, chez l'analyste. Et d'evoquer une prise de medicaments,
responsable d'un etat de quasi absence inaccoutumee. Elle s'interroge.
Aurait-elle voulu, sans le savoir, gacher la journee ?

Cette sequence evoque, le possible « renversement des positions de la belle
ame quant a la realite qu'elle accuse. Il ne s'agit guere de l'y adapter,
mais de lui montrer qu'elle n'y est que trop bien adaptee, puisqu'elle
concourt a sa fabrication (1). »

« Moi, je n'ai pas de probleme, c'est lui mon probleme. »

A quelle place vient donc ce « lui » ? Une mise en serie s'impose alors des
femmes de sa famille. La mere d'abord, dite depressive depuis que le pere,
retraite, la persecute de sa presence a la maison, puis la soeur, dite
heureuse en menage mais en depression a cause de son chef de service.
Chacune, donc, est desormais pourvue d'un « lui », qui fait probleme.

Alors seulement fait-elle etat d'une intranquillite ancienne qui rend
difficile depuis toujours les situations professionnelles et
d'apprentissages.

De cela, elle fait symptome, enigme a dechiffrer, perspective inedite de
travail. De s'adresser a l'analyste, lui ouvre une perspective dont elle
s'empare. Un « droit-au-sens (2) », un « droit a etre sujet au sens (3) »,
voila la consequence de la rencontre, dans le champ d'une pratique, qui pour
n'etre pas de « psychanalyse pure (4) » au sens de la didactique (encore
qu'elle puisse parfois, chemin faisant le devenir), mais d'experience de
l'adresse a un analyste, n'en est pas moins passionnante et enseignante.

 


1 - Lacan (J.), "Ecrits", Paris, Seuil, p. 596.
2 - Miller (J.A.), « Les contre-indications au traitement psychanalytiques»,
"Mental", n° 5, p. 16.
3 - "Ibid.", p. 16.
4 - "Ibid.", p. 13.