Première lettre au Forum
por JACQUES LACAN
Imprimir
 
 

Voilà un mois que j’ai coupé avec tout — ma pratique exceptée.
J’ai peu envie d’agiter ce que je ressens. Soit une sorte de honte. Celle d’un patatras : alors on en vit un, qu’il avait vraiment privilégié vingt ans et plus, se lever et lancer une poignée de sciure dans les yeux du vieux bonhomme qui… etc.
L’expérience a son prix, car ça ne s’imagine pas à l’avance.
Cette obscénité a eu raison de la Cause. Il serait bien qu’un rideau fut tiré là-dessus.
Ceci est l’École de mes élèves, ceux qui m’aiment encore.
J’en ouvre aussitôt les portes. Je dis : aux Mille.
Cela vaut d’être risqué. C’est la seule sortie possible — et décente.
Un Forum (de l’École) sera par moi convoqué, où tout sera à débattre — ce, sans moi. J’en apprécierai le produit.
Pour avoir éprouvé ce qu’il me reste de ressources physiques, je m’en remets pour sa préparation à Robert Lefort, Paul Lemoine, Pierre Martin, Jacques-Alain Miller, Colette Soler, que j’appelle à mes côtés comme conseils.